Histoire des jardins ouvriers de Sélestat

1946-1949

Un nouveau départ ...

L'activité redémarre au sortir de la guerre. Le jardin est vital. Au printemps 1946, l’association effectue une commande groupée de plants de pommes de terre. 5 tonnes (!!!) de plants seront distribuées, preuve d’un régime alimentaire de sortie de guerre. Voir la facture très détaillée

En mai 1946 la Ville de Sélestat renouvelle tous les baux de location des terrains gérés avant la guerre en y adjoignant Bail 3 06 1946 Vignetteun terrain de 30 ares au Dieweg (Beim Dieweg) près de la caserne des gardes mobiles (rue de l'Ortenbourg) et un autre de 44 ares, cultivé en tant que jardin de guerre depuis sans doute 1942,  près du champ de tir (Schantz beim unteren Giessen) au nord est du site actuel. Les 8 jardins du Dieweg disparaîtront le 31 décembre 1951 pour laisser place au lotissement « Ortenbourg » et les 13 jardins du champ de tir seront cultivés par les jardiniers de l’Association jusqu’au 31 décembre 1972, le terrain devenant ensuite zone maraîchère.

La société gère alors 126 jardins sur une superficie de 5,3ha, non comptées des surfaces privées louées par ailleurs mais dont nous avons peu de traces dans les archives.

Le site du Galgenfeld voit le jour

Le 3 juin 1946, la Ville de Sélestat sous l’égide du Maire Joseph KLEIN, signe un bail de 50 ans pour un terrain de 3,2 ha route de Colmar, au lieu-dit Galgenfeld. Sont mises en place 47 parcelles constituant les parcelles 1 à 47 du site actuel du Galgenfeld. L’eau courante y sera amenée en 1947-1948, les membres de l'association se chargeant du creusement des tranchées (pelle, pioche et huile de coude !), la Ville prenant en charge la pose des conduites. On trouve trace dans les archives,  en septembre 1946, d’une cession de 300m de tuyaux en fonte provenant du séquestre du stock allemand « Ziggarrenfabrick » à Baldenheim, ainsi que d’un achat direct à la fonderie de Pont à Mousson. La pénurie de l’époque a nécessité la présentation d’un bon de « 752kg de Monnaie-Matière Fonte » obtenu du ministère de la production industrielle.

La comptabilité de l’Association fait paraître une dépense totale de 124300F (soit 9700€ actuels) pour l’installation du réseau d’eau qui se limitera au début à 3 points d’eau.

Supplement gazette 12 1946 VignetteL'ancêtre de l'AJOS Infos

La pénurie de papier s'éloigne. La "Gazette", un mensuel édité par la "Fédération des amis des Gazette Dec 1946 Vignettejardins ouvriers d'Alsace" paraît à nouveau depuis octobre 1946.

En décembre 1946, à l'occasion de la distribution de la revue auprès des membres sélestadiens, un supplément est édité (voir le supplément à "La Gazette" de décembre 1946 et sa traduction). L'ancêtre de l'AJOS Infos ?

Bien d'autres suppléments suivront au fil des mois :

Voir le supplément à la gazette de juillet 1947 et sa traduction

Voir le supplément à la gazette de août 1947 et sa traduction

Renaissance du Corso fleuri

En 1947, l’association participe au premier Corso fleuri d’après guerre. L'AJOS, qui est à l'origine de ce défilé en 1927, sera présente durant de longues années à cette féerie annuelle de fleurs.

 

 

Prise en location du site actuel du Giessen

En janvier 1948, la « Société pour le développement des jardins ouvriers de Sélestat » prend en charge un nouveau terrain de 90 ares au lieu dit « Beim unteren Giessen » sur lequel seront installées les 25 parcelles du site du Giessen encore cultivées aujourd’hui.

 

La « Société pour le développement des jardins ouvriers de Sélestat » devient l’ « Association des Jardins Ouvriers de Sélestat »

L’Assemblée Générale du 25 janvier 1948 dote l’Association de ses premiers statuts. En effet, bien qu’existant depuis plus de 20 ans, l’association n’était pas déclarée et n’avait donc probablement pas de statuts officiels.

Le 28 juin 1948, l’Association reçoit l’agrément du Ministère de l’Agriculture et le 8 septembre, l’inscription au registre des associations auprès le Tribunal d’Instance de Sélestat officialise la nouvelle dénomination d’« Association des Jardins Ouvriers de Sélestat ». Compte tenu du droit local en Alsace, la publication d'un encart dans les  Dernières Nouvelles d'Alsace officialise l'existance de l'association, ce qui se fait dans le reste de l'hexagone par une publication au Journal Officiel.

Le premier règlement d’affermage, qui définit droits et obligations des membres-fermiers est adopté à l’unanimité lors de l’Assemblée Générale du 6 mars 1949 et les 421 membres de l’AJOS versent une cotisation de 150F, soit moins de 4,50€ actuels.

 

L’association des Jardins Ouvriers de Sélestat est en plein essor, prête à fêter ses 25 ans d’existence ! Elle met à disposition de ses membres 210 jardins répartis sur 13 sites.

 

Lire la suite : 1950-1975 ... L'urbanisation grignote les jardins  fleche bas 60x60

Revenir 1925-1945 ... Naissance de la Société pour le développement des jardins ouvriers  fleche haut 60x60

Revenir à l'introduction de l'historique : Histoire de l'AJOS - Introduction  fleche haut 60x60 

 

nth theme exotic holland hr

Plan du site Nous contacter Mentions légales
Copyright (c) 2008-2016 AJOS. Tous droits réservés.